Archives de Catégorie: Général

Le plagiat, qu’est-ce que c’est au juste ?

On se pose souvent la question : qu’est-ce que le plagiat ? Littéralement, cela consiste pour un auteur « à donner pour sien ce qu’il a pillé chez autrui » (Larousse). Oui, certes, si un auteur se permet de publier sous son nom le texte intégral d’un autre, c’est un plagiaire. Cependant, on peut encore se demander si les idées (sans les textes) peuvent légalement passer pour un plagiat quand deux auteurs utilisent les mêmes, quitte à les remettre chacun à leur sauce personnelle.

Pour ma part, je pense que non car, dans ce cas, on n’en finirait plus de se plaindre et de condamner !

Je voudrais citer un exemple concret : à mon avis, par exemple, le Dragon des Fenstone (une aventure de Bob Morane) de Henri Vernes est la copie conforme (dans les grandes lignes) du Chien des Baskerville de Conan Doyle. Ainsi :

Le Chien des Baskerville le Dragon des Fenstone
L’histoire se passe dans une région marécageuse d’Angleterre L’histoire se passe dans les Everglades, une région marécageuse de Floride
Une malédiction pèse sur la famille Baskerville Une malédiction pèse sur la famille Fenstone
Un chien « issu de l’enfer » menace les Baskerville Un dragon « issu de l’enfer » menace les Fenstone
Un grand chien est dressé et grimé pour le rendre plus terrifiant Un grand boa est dressé et on lui ajoute des accessoires pour en faire un dragon
Sir Henry Baskerville est sauvé à la fin par Sherlock Holmes et Watson Lord Fenstone est sauvé à la fin par Bob Morane et Bill Ballantine
Les coupables sont les Stapleton, bâtards de la famille Baskerville, qui voulaient accaparer sa fortune Le coupable est le frère cadet de Lord Fenstone, qui voulait accaparer sa fortune

Si le plagiat considère aussi les idées, Henry Vernes aurait pu être condamné. À ma connaissance, il ne l’a jamais été, Dieu merci. Donc, on n’a pas dû considérer qu’il y avait plagiat.

C’est peut-être moins évident qu’on ne le croit… à voir !

Thierry ROLLET

Entrevue avec Colline Hoarau, auteure du roman « Sois sage, Reine-May »

Colline Hoarau est née à la Réunion. Elle a toujours vécu entre son île et la France métropolitaine. Si son parcours a été varié, ayant exercé de nombreuses fonctions (informaticienne, chef de cabinet, responsable locataires dans un Office HLM, formatrice, …), elle est très attachée au domaine social et apprécie les métiers de contact. Installée depuis quelques années en Bretagne, elle se passionne pour la culture et la langue bretonnes qu’elle étudie à l’université de Rennes 2.

colline-hoarauCombien d’heures par jour consacrez-vous à la recherche et à l’écriture ?

J’écris par périodes. Lorsque je décide d’écrire mon livre, je programme une plage horaire par jour sur quelques mois et je me fixe une date butoir. Une à deux heures par jour. Pas plus. L’écriture est plus spontanée et je me sens inspirée pendant ce laps de temps limité et dense. Parfois, je fais des pauses pour mûrir des aspects de l’histoire.

À quel endroit et à quel moment de la journée préférez-vous écrire ?

Je n’écris que le matin. J’ai beaucoup d’énergie et d’idées. Je peux corriger à d’autres moments de la journée. Je peux noter par-ci, par-là des idées pour le lendemain. J’adore m’installer dans une pièce ouverte qui me permet de voir la campagne, les oiseaux, la nature, ouvrir mon ordinateur et écrire.

Quel a été votre chapitre préféré à rédiger et pourquoi ?

J’ai adoré écrire le chapitre sur le grand-père breton, Tad-Kozh. J’ai vraiment une préférence pour réaliser des portraits en quelques traits. Cela m’enthousiasme lorsqu’il ressemble à ce que j’imagine.

Est-ce que votre livre est disponible au format papier ou numérique, ou bien les deux formats ?

J’ai la chance d’avoir un éditeur très présent sur Internet et utilisant l’impression à la demande. L’offre est donc variée et s’adapte aux différents besoins. On peut le trouver facilement sur n’importe quel support.

Quelles-sont les réactions de vos lecteurs vis-à-vis votre livre ?

reinemay3d-01Je suis toujours agréablement surprise par l’accueil globalement positif. Les lecteurs y trouvent beaucoup de choses auxquelles je n’ai pas pensé. Ils ont en tête des détails que j’ai oubliés. Le plus surprenant est de rencontrer des gens que je ne connais pas qui ont l’impression de se retrouver derrière une caractéristique, un souvenir. Les lecteurs s’identifient facilement aux personnages.

Sur quel projet travaillez-vous actuellement ?

J’aimerais bien faire vivre mon dernier personnage, Reine-May. Pendant un certain temps, sans écrire, je prends des notes avant de me mettre à l’écriture. Mais ce n’est pas encore défini.

Y a-t-il un auteur que vous souhaiteriez vraiment rencontrer ?

J’adorerais rencontrer Douglas Kennedy, un auteur moderne, accessible … et qui parle français.

Avez-vous un conseil à donner à un auteur débutant ?

Je crois que tout auteur doit faire lire ce qu’il écrit. Il faut accepter d’écouter et de changer. Je croise tellement d’auteurs qui n’écrivent que pour eux et pas pour les lecteurs.

%d blogueurs aiment cette page :